ÉVÈNEMENTSNEWS

Biographie.

L’info insolite du groupe

Florent et Pauline se sont tout les deux fait tatouer l’Alaska sur l’avant bras en l’honneur de la première chanson qu’ils ont écrit ensemble « There Are No Penguins In Alaska.

Part-Time-Friends-pop-folk-tafmag-musique-interview

• • • • •

C’est un rayon de soleil sur une pop qui voit loin, au-delà des clivages et des effets de manche. Pauline et Florent ont tout compris à l’art de tisser d’impeccables ritournelles, d’assembler couplets qui rebondissent et refrains qui font mouche. Entre alchimie et immédiateté, leurs sensibilités sont complémentaires, l’accord de leurs voix constants… Un délicat équilibre qui fait toute la différence, et qui transparaissait déjà à l’époque où ils testaient leur écriture au gré de nombreux concerts dans les bars et tremplins parisiens.

Autodidactes complets, Florent et Pauline ont un rapport intuitif aux harmonies comme à la langue de Shakespeare : la pratique de l’anglais coule de source. Et pour cause: « Nos influences sont toutes anglophones » explique Florent. De leurs pop songs franches et directes, ils en ont fait un canevas sur lequel ils ont brodé leur ressenti. « Ce sont des petits pansements à l’âme », concèdent-ils en chœur. « Nos textes parlent d’amour, de blessures, de nos espoirs, de nos peurs… tous ces sujets profonds qui comptent, et qu’on essaie d’exprimer avec des mots simples – à commencer par notre amitié, très forte, mais aussi parfois conflictuelle. »

De cette relation aussi intime qu’à une époque houleuse, ils ont tiré leur nom de scène : Part-Time Friends. Dans le respect d’une tradition british en diable, l’EP a été enregistré au Pays de Galles, à Monmouth dans le célèbre studio Monnow Valley. Cette ville compte désormais aussi le tout jeune producteur Tom Manning, aux manettes de cet EP : avec lui, l’entente a été aussi fructueuse qu’immédiate.

Leur deuxième album sonne comme une revanche. Pauline et Florent ont perdu en naïveté après avoir subi de plein fouet la dictature du cool et les remarques sur leur physique. Leur nouveau mantra ? Plus question de s’excuser d’être là !

Part-Time Friends convoque le souvenir des groupes qu’ils écoutaient ados avec un son, décomplexé et assumé, hérité des nineties. « Le retour des eighties a duré plus longtemps que les eighties, pour le pire comme le meilleur. Certains font la blague en jouant sur l’attitude et le second degré, mais on ne s’est jamais retrouvés là-dedans », précise Florent. Leurs chansons ont le goût des grosses productions pop mais conservent le charme du fait maison, fragile et touchant, d’un groupe comme Daughter. Ils se sont même payé le luxe d’enregistrer leur nouveau single « Street & Stories » à Los Angeles, à l’issue d’un atelier d’écriture, sur invitation d’un éditeur américain. Pari réussi puisqu’après « Here We Are », le célèbre constructeur automobile français Citroën choisit « Street & Stories » pour illustrer sa dernière campagne publicitaire mondiale.

Pour le reste, ils se sont retrouvés avec la même équipe, à Mountmouth au Pays de Galles, dans de meilleures conditions que pour leur premier album. Les textes parlent de rupture consommée, de petite déprime et du besoin de revenir à l’essentiel. Pauline et Florent se sont souvent sentis perdus dans un monde trop grand pour eux, à l’image de la pochette de l’album shootée au Japon et signée du photographe australien Ben Thomas, fraichement nommé « Hasselblad Master 2018 ».

La nouveauté, c’est qu’ils sont plus soudés que jamais.

  • Part-Time Friends – Fire

  • Part-Time Friends – Ghost Away

  • Part-Time Friends – Streets and Stories